Sommaire

L'isolation inversée correspond à un mode d'isolation des toitures-terrasses. Elle consiste à placer l'isolant au-dessus du matériau d'étanchéité (au lieu, traditionnellement, de le placer en-dessous), puis de le lester à l'aide par exemple de gravier.

Dans tous les cas, il s'agit d'une isolation par l'extérieur : alors qu'on peut toujours isoler des toits en pente par l'intérieur (isolation de sous-toiture et des combles), les toits plats et en terrasses doivent recevoir une isolation extérieure en plus de l'isolation intérieure classique.

L'obligation d'isolation inversée

Cela fait longtemps déjà que l'on cherche à isoler correctement les bâtiments, mais depuis la RT2012 les constructions neuves doivent répondre aux impératifs de consommation énergétique du label BBC, ce qui réclame un haut niveau d'isolation thermique.

Alors qu'une construction à toit en pente libère un espace intérieur (combles) dans lequel on peut installer, vérifier et réparer ou renforcer des isolants, sur un toit plat il n'existe pas d'accès interne aux isolations, le seul accès se faisant par la terrasse. Bien évidemment la structure du bâtiment peut comprendre des isolants (hourdis polystyrène notamment) et des isolants intérieurs peuvent être posés dans le plénum des faux plafonds, mais l'épaisseur requise d'isolants pour satisfaire aux critères BBC ne peut s'appliquer et être contrôlée, aménagée, rénovée que par l'extérieur d'où la nécessité de l'isolation inversée.

Pour que les isolants extérieurs soient durables et pour que la construction soit étanche, il faut que ces isolants soient protégés (piétinement, gel, rayonnement solaire...) et que l'étanchéité de l'élément porteur (pluie, neige) soit assurée. Ce sont les impératifs de réalisation de l'isolation inversée.

Différentes méthodes d'isolation du toit terrasse

Pour réaliser l'isolation des toitures plates, il existe différentes solutions pour isoler au-dessus de l'élément porteur.

L'isolation de la toiture chaude

Elle consiste en la pose d'un pare-vapeur sur l'élément porteur (le béton du toit) avant la pose d'un isolant protégé ensuite par un revêtement d'étanchéité (souvent le revêtement bitumé d'aspect brillant et gaufré).

C'est la méthode la plus courante et la moins onéreuse en temps de pose. Cependant, d’efficacité limitée en isolation, cette méthode nécessite de retirer et remplacer le revêtement d'étanchéité pour accéder à l'isolant.

L'isolation inversée

Cette méthode consiste à placer l'isolant au-dessus de l'étanchéité. C'est-à-dire que l'étanchéité est réalisée une fois pour toutes sur l'élément porteur, puis que l'isolant est placé sur cette étanchéité. Afin que l'isolant soit protégé du vent, du piétinement et des agressions météorologiques, un lestage (dalles ou gravier) vient le recouvrir.

L'avantage de cette méthode est que l'étanchéité est définitive et reste protégée par l'isolant lui-même protégé. L'absence de pose d'un pare-vapeur limite les coûts d'acquisition et le temps de pose. Le piétinement de la terrasse est totalement envisageable, que la protection soit faite en dalles sur plots ou en épaisseur de gravier. L'inconvénient principal est qu'il est indispensable de réaliser l'isolation avec du polystyrène extrudé haute densité (XPS) dont la résistance est de 70 tonnes par m³ et de s'assurer de la protection ignifuge des matériaux.

Réalisation de l'isolation inversée

Avant de demander la réalisation d'une isolation inversée, il faut définir au moins l'usage qui sera fait du toit terrasse une fois l'isolation effectuée. On distingue 3 catégories parmi lesquelles il faudra classifier l'accès au toit :

  • Inaccessible : le toit plat est inaccessible aux personnes hormis aux intervenants d'entretien.
  • Technique : le toit plat reçoit des équipements (antennes, aérateurs, extracteurs, climatiseurs....) qui nécessitent des interventions courantes.
  • Accessible : le toit ou la terrasse est accessible aux piétons, mais selon des spécificités à préciser, éventuellement à certains ou tous les véhicules (VL, poids lourds).

De nombreux artisans et entreprises réalisent l'isolation inversée, mais attention si vous souhaitez accéder aux aides financières et incitations fiscales liées à l'amélioration de la performance énergétique : n'oubliez pas que le professionnel doit être certifié RGE et que la résistance thermique doit être suffisante (R >= 4,5 m2.K/W).

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

Le prix de l'isolation inversée

Il faut compter entre 80 et 120 € au m² de toiture pour une isolation inversée. Le prix dépend de l'accessibilité souhaitée au toit et du type de protection de l'isolant (dalles sur plots, gravier...), mais les aides à l'isolation permettent d'en abaisser le coût sous réserve d'éco-conditionnalité.

Lire l'article Ooreka
Isolation

Isolation : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour vous aider dans vos choix
  • Des conseils sur l'achat et les matériaux
Télécharger mon guide

Aussi dans la rubrique :

Conception

Sommaire